ASF Andrézieux-bouthéon
Site Officiel

Charly Pereira Lage: "Envie d’apporter mon expérience acquise au niveau supérieur"

 

En provenance de Laval en National 1, le nouveau milieu de terrain de l'ASF, Charly Pereira Lage livre ses premiers mots entre son parcours, son style de jeu et sa connaissance de la National 1.

 

Charly, peux-tu nous parler de ton parcours en tant que footballeur ? 

 

J’ai été formé au Clermont Foot de l’âge de 6 ans jusqu’à mes 21 ans. J’ai suivi toutes mes formations là-bas. J’ai joué quatre ans en CFA 2 avec Jean-Noël Cabezas, le nouveau coach. Ensuite, je suis parti un an à Rodez en CFA, puis deux ans en National avec Pau et après, j’ai rejoint le club professionnel de Laval qui venait de redescendre de Ligue 2. 

 

Tu as donc connu le niveau National, ton expérience au service de l’ASF alors ? 

 

J’ai fait deux ans en National, mais je suis encore un jeune joueur, je n’ai que 24 ans. J’ai envie d’apporter mon expérience, acquise au niveau supérieur, qui est assez difficile, mais aussi d’apporter toutes les qualités que j’ai su développer à ce niveau comme celles développées en CFA l’année où j’ai évolué à Rodez. 

 

Justement, tu nous parles de tes qualités, comment tu te décrirais sur le terrain ? 

 

Je suis un milieu de terrain, ma force, c’est ma technique. Je suis un joueur qui aime faire jouer mon équipe et qui aime avoir le ballon, faire des passes qui cassent les lignes. J’ai plus le registre d’un joueur technique. 

 

La présence de Jean-Noël Cabezas à l’ASF, ton ancien coach, t’a donné envie de rejoindre le club ? 

 

Oui complètement, j’ai eu des contacts avec lui dès son arrivée à l’ASF et je lui avais dit que je faisais de ce club ma priorité s’il voulait vraiment m’engager. Il a tenu parole et je suis content de le rejoindre ici. 

 

Hormis le coach, des connaissances dans l’effectif andrézien ? 

 

Je connais Souleiman Djabour qui est un très bon ami à moi. Je connais aussi Christopher Desmartin que j’ai connu à Clermont et Francis Robert avec qui j’ai passé deux ans au CREPS à Vichy.

 

Propos recueillis par Lou DAVID

FacebookTwitterRSS Feed